• Philippe "Pippo" Jawor

Test : DIVACORE ANTIPODS, les meilleurs écouteurs sans fil du marché ?



Deuxième test sur ce site en partenariat avec Sampleo : les Antipods, écouteurs intra-auriculaires sans fil de la marque française Divacore… avec une petite surprise à la fin de cet essai !

Partout on présente les Antipods de Divacore comme les concurrents directs des Airpods d’Apple. Utilisateur Android, j’ai depuis de nombreuses années un casque Bluetooth déniché à un prix dérisoire sur Amazon, mais qui commence à montrer quelques petits signes de fatigue ; il était temps de monter en gamme ! Divacore, c’est une jeune entreprise française, créée en 2011 à Metz, en Moselle. Avec l’ambition de « devenir Maître de l’audio connecté », la marque entend s’appuyer sur trois codes principaux : perfection des produits, simplicité des usages et design épuré. Il est temps de vérifier si la promesse est tenue ! Un design sobre et élégant Premier contact avec le produit : les Antipods sont livrés dans une toute petite boîte, de couleur noire et matte, avec seulement une photo des deux oreillettes en brillance sur le dessus de la boîte, « Divacore » et « Antipods » sur les côtés. On fait difficilement plus épuré ! À l’intérieur de la boîte, c’est tout aussi concis : l’étui repose sur un socle qui dissimule un câble micro-USB de recharge, deux paires d’embouts de différentes tailles, et une petite enveloppe cartonnée qui renferme carte de garantie et notices d’utilisation. Rien de superflu, avec un aspect élégant : l’étui mêle caoutchouc et plastique transparent sombre du plus bel effet, même s’il se révélera un peu salissant à l’usage. Place aux écouteurs en eux-mêmes : là où leurs concurrents de la marque à la pomme adoptent un design tout en longueur pour dissimuler les antennes dans les branches et n’existent de série que d’une seule couleur (le blanc), les Antipods sont plus compacts, adoptent le même élégant contraste mat/brillant que leur étui et sont disponibles en blanc et en noir. On appréciera alors la discrétion de leur design presque minimaliste : délicatement logés dans l’oreille, ils n’ont rien d’ostentatoire, et deviennent totalement invisibles sous des cheveux longs ou un bonnet !


Des commandes intuitives Une simple lecture des quelques lignes du mode d’emploi suffit à prendre en main les Antipods : ici, tout se joue sur l’oreillette ! En effet, la partie brillante des écouteurs est un petit bouton-poussoir qui permet l’activation ou la désactivation du produit, mais aussi de gérer plusieurs commandes sur son smartphone, sa tablette, son ordinateur, et cætera Pour allumer les Antipods, il suffit donc d’appuyer sur le bouton de chaque écouteur une fois ceux-ci sortis de leur étui : une petite diode s’allume alors. Quelques secondes plus tard, ils se connectent entre eux. Pendant tout ce processus, on entend une petite voix qui nous indique « Power On », « Connected », et même « Left channel/Right channel », bien que les lettres L et R sont présentes sur l’intérieur de chaque oreillette. L’appairage Bluetooth est tout aussi simple : une fois les écouteurs connectés entre eux, ils apparaissent dans la liste des appareils Bluetooth disponibles. Autre possibilité : assigner chaque écouteur à un appareil différent, indépendamment l’un de l’autre. Pas la fonction la plus utile en théorie (je déteste avoir deux sources sonores différentes dans les oreilles), mais j’imagine qu’elle peut tout de même servir, par exemple lors d’un voyage à deux ou l’un aurait oublié ses écouteurs (j’avoue que je cherche encore un cas de figure qui justifierait cela, mais la fonction a le mérite d’exister sans empiéter sur le fonctionnement « normal » du produit). Une fois la connexion effectuée, on contrôle donc sa musique directement à l’oreille : une pression sur l’écouteur gauche pour lancer la lecture/la mettre en pause, deux pour passer à la piste suivante, trois pour revenir à la précédente. De même quand le téléphone sonne : une pression courte permet de décrocher et raccrocher, tandis qu’un appui long rejettera l’appel. Quand l’autonomie des écouteurs arrive en bout de course (le constructeur annonce 8h en utilisation et près de 24h avec l’étui), la petite voix se fait à nouveau entendre : « Low battery, please charge » sera répété toutes les deux minutes environ. Il faudra alors se montrer réactif, puisque l’avertissement ne durera pas plus d’un quart d’heure avant que ceux-ci ne s’éteignent. À nouveau, rien de plus simple : on remet les oreillettes dans leur étui, on le branche grâce au câble micro-USB, et tous les trois se mettent à clignoter en rouge. Une fois les diodes bleues – en deux heures à peine ! – on repart pour un tour.


Un produit presque parfait Dans l’ensemble, les Antipods de Divacore remplissent donc parfaitement leur mission : transmettre du son, sans fil, avec une belle autonomie et un design élégant, le tout pour un prix plutôt abordable (119 € sur le site de la marque, autant en grande enseigne). Néanmoins, quelques points gagneraient selon moi à être améliorés, les voici classés du moins pénible au plus handicapant : - en communication, seul l’écouteur gauche (dit « maître ») est actif : même si le son est bon dans les deux sens – les deux micros me permettent de me faire entendre très distinctement sans avoir à crier, même avec un bonnet sur les oreilles – j’aurais apprécié avoir le son dans les deux oreilles

- la latence habituelle du Bluetooth sur le son est particulièrement flagrante sur les vidéos : si le décalage peut-être compensé sur certains logiciels de lecture, il reste très présent lors du visionnement de vidéos en ligne – quand le son ne correspond pas au mouvement des lèvres, c’est troublant ; pour faire du travail de montage, on oublie !

- très régulièrement, mais de manière totalement aléatoire, l’écouteur droit semble se déconnecter ; un défaut vraiment rageant quand un morceau joue justement sur la stéréo, ou sur la technologie 3D (dont les Antipods se prévalent justement), et qui donne le sentiment que le produit est défectueux – le problème semble d’ailleurs toucher de nombreux utilisateurs Il ne s’agit là finalement que de petits problèmes, qui devraient être rapidement corrigés par les ingénieurs de Divacore ; l’usage quotidien de ces écouteurs reste tout à fait confortable, et je dois avouer qu’ils ont rapidement remplacé mon casque vieillissant pour mes déplacements. D’ailleurs, la marque propose dans sa gamme de produits les casques Addict, qui promettent « une qualité d’écoute optimum ». Je serais extrêmement curieux de le tester, tiens…


Merci à Sampleo de m'avoir permis de réaliser ce test et ces photos !

– BONUS –

Découvrez les coulisses du shooting avec Natachone à la Cité Internationale de Lyon,

filmées par mon ami William Faivre de Black Road Productions !



#PhilippePippoJawor #Philippe #Jawor #packshot #Sampleo #publireportage #reportage #advertisement #ad #sponsorisé #sponsored #publicité #Divacore #Antipods #écouteurs #Bluetooth #sansfil #3D #shooting #portrait #Lyon #2018

© 2018 Philippe Jawor

SIRET : 813 023 140 00029